« Pourquoi les croyances n’intéressent-elles les anthropologues qu’au-delà de 200 kilomètres ? »

Article consacré à la façon dont les anthropologues abordent la question des « croyances », et notamment à la curieuse distinction qu’ils opèrent entre les croyances lointaines (dans le temps ou l’espace comme les fantômes médiévaux ou le chamanisme jivaro) et les croyances proches (ovnis, parasciences etc). L’article suggère qu’une partie (au moins) de la solution tient dans l’incapacité des anthropologues à traiter les savoirs scientifiques (et donc « parascientifiques) dans les mêmes termes que les « ethno »-savoirs.

Publié dans la revue de sociologie et science politique Politix n° 100, 2012, p. 201-220.

[Lagrange-Croyances200km-Politix-100-2012]

Pour consulter le sommaire du numéro: http://www.cairn.info/revue-politix-2012-4.htm

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s