« Enquêtes sur les soucoupes volantes. La construction d’un fait aux États-Unis (1947) et en France (1951-54) »

Article consacré à la sociologie des tous premiers « ufologues » (spécialistes de l’étude des ovnis) aux Etats-Unis (Kenneth Arnold, qui fut aussi le premier témoin de soucoupes volantes) et en France (Aimé Michel, Marc Thirouin, Jimmy Guieu, Alfred Nahon, Raymond Veillith etc). Le but de l’article est de dégager les ufologues de l’accusation d’irrationalité et de détailler leurs méthodes et techniques d’enquêtes, très proches de celles qui se pratiquent dans d’autres domaines (enquête historique, enquête de police, etc).

Cet article est paru dans le cadre d’un dossier consacré à « L’incroyable et ses preuves », dirigé par Gérard Lenclud, qui comprenait également des articles d’Elisabeth Claverie, Bruno Latour, Josée Contreras, Jeanne-Favret-Saada, Marie-Christine Pouchelle, Giordana Charuty, et Alain Boureau.

Publié dans la revue d’anthropologie du Ministère de la Culture:  Terrain, Carnets du Patrimoine Ethnologique n° 14, mars 1990, pp. 92-112.

[Lagrange-Enquête-Terrain-1990]

L’article peut aussi être consulté sur la page suivante: http://terrain.revues.org/2973

Le numéro entier se trouve à la page suivante: http://www.cairn.info/revue-terrain-1990-1.htm

Publicités

Une réflexion sur “« Enquêtes sur les soucoupes volantes. La construction d’un fait aux États-Unis (1947) et en France (1951-54) »

  1. Pingback: Les travaux à lire pour aborder la sociologie des « parasciences »: 2) études sur les parasciences | Pulp Sciences

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s